Les cookies de tracking sont fournis lors des publicités par des serveurs. Google souhaite bientôt créer un espace virtuel dans le but d’y mettre un terme. Dans cet espace, Google compte condenser les informations nécessaires à la personnalisation de ses bandeaux. Par cette mise au point technologique, Google désire se débarrasser des cookies de tracking publicitaires qui devraient être obsolètes sur Chrome d’ici 2022. Cet article vous apporte plus d’explications à ce sujet.

CE QU’IL FAUT RETENIR DE CE PROJET

Un cookie est un bout de code qui a pour fonction de personnaliser la navigation. Cette personnalisation est propre à chaque internaute. Les cookies sont localisés dans le navigateur web et récoltent des données. On en distingue 2 types : les cookies dits First Party et ceux dits Third Party. Les cookies First Party se créent dès que l’on se rend sur un site et permettent d’identifier l’utilisateur. Ils permettent également d’enregistrer un panier lors des prises de commandes effectuées pour un achat. Grâce aux cookies First Party, le moteur de recherche interne parvient aussi à rassembler les requêtes générées.

Les cookies Third Party sont quant à eux créés par un service tiers. Ils sont créés en compléments des cookies First Party, mais par des serveurs externes. En se rendant sur un réseau social (Facebook, Linkedin, Line, etc.) les plug-ins permettent de bénéficier des avantages des cookies Third Party. Il en va de même pour les bandeaux publicitaires, les modules de chat et de commentaires. Ces trois éléments énoncés jouent aussi un rôle prédominant dans la personnalisation du navigateur web. À base des informations qu’ils récoltent, ils affichent des publicités ciblées.

C’est en postant un article sur le blog de Chrome que le projet d’abandon de cookies Third Party par Google a été révélé. Google pense ainsi contribuer à l’amélioration de la protection des données personnelles des internautes. Selon Google, ce processus sera effectif d’ici fin 2021. Les navigateurs fonctionnant sur Chromium continueront d’accepter les cookies First Party. Utilisé à 70 % par les Internautes, Chrome est donc également concerné. La nouvelle version de Microsoft Edge récemment mise en ligne est également concernée.

UNE SOLUTION DE REMPLACEMENT EN PROJET…

Une telle décision de Google ne restera pas sans conséquence, surtout quand on sait que les cookies des pubs personnalisées proviennent des bandeaux ciblés. Or, elles constituent la meilleure source de revenus des sites éditoriaux. Les pubs ciblés permettent d’attirer plus d’utilisateurs et sans elles les revenus générés sont assez moindres.

Face à cette décision, Google a prévu une alternative qu’est le Privacy Sandbox. Récemment annoncé, le Privacy Sandox joue le rôle de passerelle entre le navigateur web et les serveurs publicitaires. De plus, c’est un projet open source et les serveurs publicitaires sont en compétition dans le ciblage. Les informations issues du ciblage sont rassemblées dans le navigateur. Privacy Sandbox servira de point de liaison entre les deux, tout en garantissant la protection de données des Internautes.

Cela dit, on note quelques défauts à cette technologie du point de vue de la concurrence principalement. Cela s’explique du fait que Google occupe à lui seul 2 positions : celle d’opérateur de relation et aussi de partie prenante. Cette situation crée (pas sans raison) un certain doute chez les internautes.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *