Un KPI emailing (Key Performance Indicator ou indicateur clé de performance) est un élément chiffré permettant d’évaluer l’efficacité d’une campagne marketing. Disposer de KPI intéressants est essentiel pour mesurer le succès d’un emailing, mais aussi pour améliorer les performances des futures opérations marketing. Voici quatre KPI emailing indispensables à suivre pour mesurer les performances d’une campagne marketing.

Indicateur n° 1 : le taux de délivrabilité

Cet indicateur est essentiel à suivre pour évaluer les campagnes emailing, car il permet de savoir si les e-mails sont effectivement parvenus à leur destinataire. Il s’obtient en divisant le nombre d’e-mails délivrés (c’est-à-dire réellement reçus) par le nombre d’e-mails envoyés.

De plus, ce taux est un remarquable indicateur de la qualité de la base de données des entreprises, donc des partenaires. En effet, un taux de délivrabilité élevé signifie que celle-ci est saine et régulièrement mise à jour. Or, une base de données saine est une garantie de réussite des campagnes emailing.

En opposition, il existe aussi le taux de rebond (ou bounce) qui indique le nombre d’e-mails non délivrés. On distingue le taux de hard bounce (lorsque l’adresse e-mail n’existe pas ou plus) et le taux de soft bounce (lorsque l’adresse est temporairement indisponible).

Indicateur n° 2 : le taux d’ouverture

Cet indicateur est le pourcentage de destinataires ayant ouvert l’e-mail. Disposer de ce KPI est important puisqu’il détermine la réussite des campagnes emailing en évaluant l’intérêt des internautes aux messages de l’expéditeur, d’où l’importance d’un objet d’e-mail pertinent. Ainsi, un excellent taux d’ouverture met en évidence la pertinence de la stratégie marketing. Il se calcule en divisant le nombre d’e-mails ouverts par le nombre d’e-mails délivrés, multiplié par cent. En général, le taux d’ouverture moyen des emailings se situe entre 20 et 25 %.

À noter que le taux d’ouverture ne comptabilise que les e-mail dont les images ont été affichées. Or, la fonctionnalité de blocage des images est active chez un grand nombre d’internaute. Le taux d’ouverture peut donc être faussé. Mieux vaut se focaliser sur l’augmentation du taux de clics.

Indicateur n° 3 : le taux de clics

Il est essentiel de savoir parmi les internautes qui ont lu l’e-mail de la campagne marketing, le nombre de personne qui a cliquer sur un ou plusieurs liens. Le taux de clics est donc un indicateur essentiel dans la réussite des emailings, car il détermine précisément le nombre d’internautes qui sont passés à l’action. Il se calcule en divisant le nombre de clics sur les liens par le nombre d’e-mails livrés, multiplié par cent.

En effet, un emailing ne se fait pas par hasard. Au contraire, les sociétés mettent tout en œuvre pour inciter l’internaute à répondre à l’appel à l’action (Call-To-Action) présent dans le message marketing. On en tire alors le taux de réactivité. Cet indicateur s’obtient en divisant le nombre d’e-mails cliqués par le nombre d’e-mails délivrés.

Indicateur n° 4 : le taux de désinscription

Cet indicateur permet de connaître le rapport entre le nombre d’e-mails envoyés et le nombre de destinataires ne souhaitant plus de communication commerciale avec la marque. Il est intéressant de connaître ce taux pour identifier la pertinence (ou non) de la campagne. On suppose plusieurs raisons pour qu’un internaute se désabonne aux newsletters : la perte d’intérêt, une éventuelle pression marketing trop forte, le changement soudain de contenus, le nouveau design qui n’est pas accrocheur.

Pour en le limiter, les marques doivent adresser le bon message aux bons abonnés, ajuster les heures et fréquences d’envoi, prêter une attention particulière au design de l’e-mail et potentiellement créer des campagnes de réengagement.

Indicateur n° 5 : le taux de signalement de spam

Ce KPI permet de savoir combien d’internautes ont déclaré l’e-mail comme étant un courrier indésirable. Il se calcule en divisant le nombre d’e-mails signalés comme spam par le nombre d’e-mails délivrés. Cet indicateur est indispensable dans le suivi des campagnes emailing, car si plusieurs internautes signalent un courriel en spam, cela nuira fortement à la réputation de la société à l’origine de l’opération commerciale.

Concrètement, les fournisseurs d’accès à Internet pourraient considérer cette société comme spammeur et donc classer automatiquement ses prochains e-mails en courriers indésirables. Ce taux aura un impact sur votre délivrabilité. De fait, il est essentiel pour chaque société de maintenir un taux de spams proche de zéro afin de réaliser des emailings.

 

En somme, tous ces indicateurs sont indispensables à suivre pour analyser les résultats des campagnes emailing. En plus de mesurer l’efficacité de celles-ci, ces indicateurs permettent de booster la réussite des prochaines opérations commerciales.